L’horloge de poussière

La_Poésie_MaxR
La Poésie. Encre sur papier. M.R

« Le soir venu, la nuit venue, minuit perdu

Douze coups solitaires à l’horloge de poussière 

La nuit à petits pas comme unique dessert 

Et la cendre des jours écoulés sans mystère

Et pourtant, l’Aube en son cœur lui dit

De ne pas se taire. »

                                                     M.R.

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s